Accueil /

Les billets de banque



5 francs 1905

5 francs "Bleu", type 1905. Deux statues sur un socle, dans lequel apparaît la valeur en chiffres blancs dans un médaillon bleu.Le filigrane est lisible par le verso. Le mois est indiqué par le symbole du signe du zodiaque, la Vierge pour cet exemple.x.

Les billets français ne sont pas très nombreux. Une cinquantaine ont circulé au XIXe siècle, Auxquels il faut ajouter les soixante-seize billets du XXe siècle, quelques billets non émis et d'autres émis par le Trésor pendant les deux conflits mondiaux.

Avec le suppression du franc, est apparue une nouvelle génération de collectionneurs, qui s'intéresse au patrimoine que constituent les billets français, dont les qualités historiques et artistiques sont indéniables.

L'avantage de la billetophilie est qu'il n'y a pas une seule façon de collectionner. Certains billetophiles collectionnent toutes les coupures, d'autres ne s'intéressent qu'aux plus rares, d'autres encore se focalisent sur un seul billet, le recherchant, par année, par signature, par alphabet. Mais contrairement à d'autres pays, la Banque de France a toujours prêté une grande attention aux billets sortant de ses imprimeries, qui étaient rigoureusement contrôlés. Le moindre défaut était traqué et les billets fautés étaient mis au pilon.

Il existe donc très peu de billets français fautés, ce qui leur confère une cote très soutenue et surtout très difficile à établir. Ayant peu de variétés à se mettre sous la dent, les collectionneurs recherche généralement les petits numéros et les alphabets "A".Exception faite des coupures ayant précédé l'euro, les numéros les plus petits et les plus grands, qui correspondent aux derniers billets émis, sont prisés. Autre intérêt pour les collectionneurs: le changement de l'un des signataires.



5000 francs 1918

5000 francs "Flameng", type 1918. François Flameng a créé l'un des billets les plus recherchés. Une allégorie de la recherche, du travail et de la fortune sur un fond de vue de Paris est imprimée au verso.

Au XVIIIé siècle, les premières tentatives d'instauration du papier monnaie, notamment les billets de la banque royale de Law et les assignats révolutionnaires, connaissent des échecs retentissants qui traumatisent les Français. En 1800, sous l'impulsion de Bonaparte, qui n'est encore que Premier Consul, est créée la Banque de France.

En 1803, la parité entre le franc et l'argent donne naissance au Franc Germinal et permet de garantir la valeur de la monnaie par rapport au métal précieux, gage de stabilité. L'histoire du billet français commence:

Les premières coupures portent de très grosses valeurs faciales et sont tirées en petites quantités. En 1848, est créé un billet de plus faible valeur, 100 francs, et la Banque de France obtient le privilège d'émettre des billets dans la France entière. La première coupure de 5 francs apparaît en 1871, démocratisant l'utilisation des billets et palliant le manque de pièces en argent. En 1928, le franc germinal est dévalué et remplacé par le franc Poincaré. La Banque de France toujours privée, est nationalisée à la libération. En 1960, le passage au nouveau franc se traduit par l'ajout de la mention NF devant la valeur. Puis en 1963, le "nouveau franc" disparaît au profit du franc qui fait son retour.

Les techniques de fabrication mises en oeuvre par la Banque de France ne cessent de s'améliorer pour limiter les contrefaçons. Le filigrane apparaît en 1844. D'abord imprimé en noir, le billet devient bleu en 1862 pour lutter contre les faux obtenus grâce à la photographie. En 1874, il se pare de deux couleurs, puis en 1906 apparaît le premier billet polychromie, le "Luc Olivier Merson". Les techniques d'impression évoluent de la taille d'épargne à l'impression en taille douce, l'impression offset n'apparaîtra qu'en 1972 avec le Berlioz. Les billets les plus récents ont des bandes réfléchissantes interdisant la reproduction par photocopie et des motifs apparaissant à la lumière UV.



100 francs 1906

100 francs "Luc Olivier Merson", type 1906 modifié.

L'Agriculture, à droite, et le Commerce à gauche d'une stèle sur laquelle apparaît "Banque de France" et la valeur en lettre imprimée en bleu.

Cette coupure fut le premier billet polychrome. Ses différentes versions circulent de 1910 à 1945.

Première étape pour bien collectionner, s'informer. Et investir dans la bible des billetophiles, le livre du spécialiste en la matière, Claude Fayette, 'Les billet de la Banque de France et du Trésor". Le magazine "Numismatique & change" vous livrera aussi de précieuses informations et , bien sur, consultez les sites internet des collectionneurs qui n'hésitent pas à prodiguer des conseils.

Deuxième étape, choisir un axe de collection. Nicolas Fachon qui collectionne les billets depuis une vingtaine d'année confie: "Pour bien collectionner, il faut se fixer des règles afin de rester dans l'objectif de départ. La clef pour qu'une passion dure, c'est qu'il faut quelle vive! Une collection doit suivre les mêmes règles. Des billets doivent rentrer et sortir régulièrement de votre collection dans le seul but d'améliorer constamment sa qualité et son intérêt". Le plaisir est bien sur l'un des leitmotiv du collectionneur. Il faut aussi adapter sa collection à ses moyens financiers. La cote d'un billet dépend principalement de deux éléments: La rareté et l'état de conservation. Un collectionneur débutant peut faire des concessions dans l'un des domaines, sélectionnant des billets courants en très bon état ou, au contraire, préférer des billets rares mais peu abîmés.

L'ouvrage de Claude Fayette qui répertorie les cotes des billets en fonction de leur rareté et de leur état et à cet égard un outil très performant.

Une fois la collection débutée, il faut bien sur la classer. Les logiciels spécialisés, s'ils représentent aussi un investissement, peuvent s'avérer très utiles. Il faut manipuler les billets avec précaution et les protéger dans des pochettes plastiques non acides que l'on peut acheter auprès des professionnels. Les billets peuvent ensuite être rangés dans des classeurs, qui permettent une consultation facile, ou dans des boîtes rigides qui garantissent une bonne qualité de stockage et permettent de classer un nombre plus important de coupures.



20 francs 1942

20 francs "Pêcheur", type 1942. Au recto, un pêcheur tire un cordage devant le port de Concarneau.

Au verso, deux bretonnes en coiffe portant des paniers et une fillette dans les bras devant le calvaire de Penmarch.

L'arrivée massive de nouveaux collectionneurs de billets dans les dernières années est à l'origine d'une modification du marché billetophile. La quantité de coupures disponibles pour le marché des collectionneurs, c'est-à-dire les billets qui n'ont pas été récupérés et détruits par la Banque de France, n'est pas illimitée. Le nombre de collectionneurs, qui est lui en hausse, conduit donc à une augmentation des cotes et certains billets, autrefois négligés à cause de leur état, ont aujourd'hui pris de la valeur. Le marché de la billetophilie est aujourd'hui dynamique et les collectionneurs enrichissent leur collection en pratiquant des échanges ou des achats. Les cotes servent généralement de cadre aux échanges entre collectionneurs. Ces échanges sont généralement très prisés des billetophiles qui, en plus d'enrichir leur collection, en profite pour tisser des relations avec leurs confrères et accroître leurs connaissances. Les bourses de collectionneurs sont des lieux propices aux échanges ou aux transactions entre collectionneur. Internet permet aussi de s'ouvrir à d'autres collectionneurs et notamment aux collectionneurs étrangers qui sont très nombreux à voir l'intérêt pour les billets français.

Des professionnels proposent aussi le vente de billets à prix marqués, les billets étant cédés au prix du marché. Comme en philatélie, les ventes sur offre concernent les exemplaires les plus recherchés: les acquéreurs peuvent faire, avant une date limite, une offre sous enveloppe cachetée. L'achat à un professionnel permet de bénéficier de garanties qui n'existe pas dans les échanges entre collectionneurs.



10 francs 1963

10 francs "Voltaire", type 1963. Portrait de Voltaire écrivant à la plume d'oie devant le palais des Tuileries, d'après une gravure de Vivian Denon. Ce billet a été diffusé à 2 500 000 exemplaires mais certaines émissions de 1963, 1964, et 1965 sont difficiles à trouver neuves.

Dès sa naissance, le conception du franc est confiée aux plus grands artistes. Charles Percier, le plus célèbre architecte et ornemaniste de l'Empire, dessine les premiers francs sur lesquels figurent des divinités grecques intégrées dans des frises décoratives. Ces motifs prennent une position centrale sur les billets de la fin du XIXe siècle. Mais c'est après l'introduction de la polychromie que les décors des billets deviennent les plus remarquables. Les figues mythologiques restent appréciées: Cérès, déesse des moissons, Minerve, déesse de la sagesse ou Mercure, dieu du commerce, figurent sur certains billets. Certaines allégories sont en lien plus étroit avec les préoccupations du moment, non sans quelques décalage chronologique, comme ce billet de 5 000 francs mis en circulation en 1938 à l'effigie de la victoire ou l'allégorie de la paix sue le billet de 500 francs émis en 1941. Pensant le seconde guerre mondiale apparaissent des illustrations exaltant la France au travail avec des billets représentant un pêcheur, un berger ou un mineur.



200 francs 1981

200 francs "Montesquieu", type 1981. Portrait de Montesquieu avec ses armoiries et une allégorie symbolisant la Loi.

Il possède deux points en relief pour être reconnu par les non-voyants. Il est impossible de trouver des billets portant un numéro inférieur à 3300 car il ont été fautés et détruits. D'autres rarissimes, n'ont pas été imprimés au verso.

Bayard est le premier homme célèbre à faire son apparition sur un billet en 1916, suivi par Ampère et Pasteur qui apparaissent au verso du billet "Cérès et Mercure" en 1927. Mais ce n'est qu'à la veille de la seconde guerre mondiale en 1939 que les hommes célèbres envahissent les billets, Sully, Jacques Coeur et Descartes figurent ainsi sur l'une des faces du billet mais ces coupures seront retirées à la libération. Chateaubriand, Victor Hugo et Richelieu leur succéderont dans les années suivantes. des rois, des hommes de lettres, des musicien, des peintres, des savants se succèdent sur les billets qui seront émis après guerre, marquant l'abandon définitif des autres thèmes.







500 francs 1993

500 francs"Pierre et Marie Curie", type 1993 modifié. Au recto, portrait de Pierre et Marie Curie, et au verso, leur laboratoire.

Ce billet est le seul à être daté de 2000 et à porter la signature du caissier général Vienney.

Les cotes sont établies grâce à l'analyse du marché et un reccord de vente enregistré sur un billet a des conséquences sur les autres billets du même type. Il faut toujours être attentif aux ventes des professionnels, aux ventes sur offre, pour connaître les billets les plus recherchés et ainsi anticiper sur le marché.

La particularité des billets de banque est d'être unique. En effet, ils peuvent très facilement être identifiés grâce à leur numèro et les exemplaires les plus rares sont parfaitement répertoriés par les collectionneurs. Sur certains sites internet, sont proposés des "Fac-similé" ou de "Reproduction parfaite" parviennent souvent à abuser la confiance de collectionneurs trop cédules. Il ne s'agit en fait que de vulgaires reproductions tout simplement réalisées par photocopieuse couleur ou scanners. Mais la plupart des litiges entre collectionneurs relèvent de l'appréciation de l'état du billet, qui est l'un des points les plus importants dans l'appréciation d'un billet, et l'ouvrage de Claude Fayette permet de créer une échelle définissant précisement les états pour faciliter les échanges.

Quant aux faux billets, ils ont toujours existé et sont même collectionnés pour les plus beaux d'entre eux. Les faux "Bonaparte" du faussaire Bojarski dépassent même, et de loin, la valeur des vrais!



Lire un billets de banque

lire un billet



L'état de conservation : un élément clé de la cote

La plupart des billets ont circulé. Epinglés, pliés, froissés, parfois annoté, ils ont une cote beaucoup moins importante que les billets qui n'ont jamais circulé. Cependant, certains billets sont tellement rares qu'on ne les rencontre qu'en mauvais état de conservation et les collectionneurs n'hésitent pas à acquérir un exemplaire ASSEZ BEAU pour l'ajouter à leur collection.

Claude Fayette définit huit état de conservation:

  1. NEUF: Ce billet n'a jamais été manipulé et ne comporte aucun trou d'épingle ni pliure. cet état est très rare car la plupart des billets étaient épinglés.
  2. SPLENDIDE (SPL): Ce billet n'a jamais circulé mais a une trace d'épinglage Banque de France ou un pli central peu marqué.
  3. SUPERBE (SUP): Ce billet ayant peu circulé comporte quelques épinglages et trace de pliage mais son craquant est préservé.
  4. TRES TRES BEAU (TTB): Ce billet ayant circulé présente de petites coupures ou de légères salissures.
  5. TRES BEAU (TB): Ce billet usagé montre de nombreux trous d'épingles, quelques coupures et salissures, mais aucune partie manquante.
  6. BEAU (B): Ce billet très usagé, qui présente aussi de petits manques, reste toutefois encore présentable.
  7. ASSEZ BEAU (AB): Ce billet en mauvais état comporte des manques.
  8. MEDIOCRE (M): billet en très mauvais état, avec des parties manquantes importantes.