LES APPAREILS PHOTO

 

Chambre photographique vers 1900

 

chambre photographique 1900

Les appareils photos occupent une place à part dans le vaste monde des collectionneurs. Sur le plan historique ils représentent en effet une véritable révolution à travers le réalisme saisissant des images qu'ils ont produites. Portraits, souvent idéaliste, paysage et scènes de genre, sujet qui auparavant étaient l'apanage des peintres, ont pu , grâce à la photographie, être réalisé par le commun des mortels.

Dès le début du XXe siècle, la photographie représente un des loisirs préférés des Français, un tournant tant culturel que social. La technique souvent complexe, inhérente au procédé photographique, donne aux appareils, qui transforme la lumière en image, une dimension magique. Technique qui s'efface en un instant devant la beauté des boîtiers, qui portent bien leur nom puisque les premiers appareils étaient constitués d'une simple boîte à laquelle était ajouté une lentille.

Des modèles anciens en bois précieux, travaillés jadis par les ébénistes, arborant une plaque de laiton gravé à ceux en aluminium puis en plastique, il y en a pour tous les goûts et toutes les bourses. "Sur les brocantes ou dans les vente aux enchères spécialisées on trouve une foule de petits appareils populaires que l'on peut acquérir pour des sommes allant de 15 à 50 euros", confie Frédéric, marchand et collectionneur. On peut aussi y dénicher ce que l'on appelle la "Boite à savon" ou le "Box" à partir de 3 voire 5 euro. on peut alors très vite s'entourer d'une trentaine d'appareils différents en ayant une gamme intéressante. Par la suite on peut faire évoluer sa collection en achetant, par exemple, un Leica que l'on peut chiner à partir de 200 ou 250 euros, pour une pièce opérationnelle.

 


 

Le "BOX", très populaire dans les années 40.

 

la Box année 1940

Certains collectionneurs se cantonnent à une marque et ne jurent que par elle. On peut ainsi citer Foca, sorte de copie française de Leica, la marque allemande Zeiss-Ikon, Nikon au Japon, Kodak aux états-Unis et Hasselblad en Suède qui comptent parmi les plus connues. D'autres se limitent dans le temps, préférant se consacrer aux prémices de la photographie ou aux années 50 parce que cette époque évoque leur enfance. D'autres encore se focalisent sur un type d'appareil: Précurseurs, à soufflet, appareils "Espion", stéréoscopiques, reflex... Il y a les gourmands, ceux qui accumulent sans cesse, et les gourmets, qui opèrent une sélection drastique, n'hésitant pas à se séparer d'un modèle pour acquérir le même mais en meilleur état ou un modèle différent, plus pertinent dans le cadre de leur collection. Et puis il y a ceux qui n'ont aucune frontière, comme Frédéric: " Je m'intéresse aussi bien au pré-cinéma, notamment à travers les lanternes magiques, qu'aux appareils photo et à la photographie en tant que support"

 

Le père de Frédéric possédait un laboratoire à domicile et, à ce titre amateur, développait des tirages en noir et blanc. Très tôt, la photographie n'eut plus de secret pour lui qui obtint son premier appareil vers l'âge de 13 ans. En classe, il est initié par le professeur de photographie qui collectionnait les appareils. " Petit à petit, j'ai moi-même commencé à récupérer des appareils à droite et à gauche par l'intermédiaire d'amis qui connaissaient mon engouement pour la photo. Je suis arrivé à posséder une vingtaine d'appareils, présentés dans une vitrine. Des appareils sans grande valeur mais qui constitués le point de départ de ma collection. Tout s'est accéléré lorsque je suis rentré au lycée à Strasbourg. Le marché aux puces se trouvait à 500 mètres. Tout mon argent de poche passait dans l'achat de nouveaux appareils. J'ai commencé à connaître des marchands et aussi à vendre moi-même des appareils, tout ce qui m'intéressait moins ou que j'avais en plusieurs exemplaires"

 


 

Chambre photographique de luxe de marque Gaumont, 1910.

 

gaumont 1910

En amoureux des vieilles images, Frédéric recherche particulièrement les daguerréotypes. Au XIXe siècle, Niepce, en France, et Talbot, e, Angleterre, cristallisent le procédé photographique. Le premier met au point une image unique, tout de suite positive (Principe du daguerréotype). Le second travaille sur le calotype, image photographique en négatif sur une plaque de verre qui permet de produire des positifs en l'infini. "Le daguerréotype est une plaque de cuivre recouverte d'une fine couche d'argent polie à l'aide d'une brosse, sensibilisée aux vapeurs d'iode, révélée aux vapeurs de mercure et fixée au chlorure d'or. Les premières images photographiques nécessitaient plusieurs heures d'exposition en plein soleil. Ces temps de pose étaient dus à la faible sensibilité des supports sur lesquels se révélait l'image. Dès 1845, les premiers accélérateurs apparaissent qui réduisent les temps d'exposition à quelques secondes"

 

En france, le daguerréotype connaît ses heures de gloire entre 1840 et 1855. A partir de 1855, on passe à un nouveau procédé qui est l'ambrotype ou la plaque de cuivre est remplacée par une plaque de verre. Les daguerréotype restent en circulation aux Etats-Unis presque jusqu'en 1900. 3on trouve encore des daguerréotype sur le marché, surtout dans le cadre de foire spécialisées. les premiers prix sont à 50 euros. Pour des pièces d'exception, à caractère historique, les prix peuvent s'enflammer. Les daguerréotypes de portraits sont des images relativement courantes. Si en plus il est signé d'un photographe connu comme Chevalier, Bisson, Richebourg... Ne parlons pas d'une signature de Daguerre lui-même qui vaut 100 000 euros"

 


 

Avec sa face porte-objectif en aluminium, le Makina III était un appareil destiné aux professionnels.

 

marika 1949

 

 

 

Fabriqué en 1949 et 1953, le modéle de base date de 1912.

Dès 1900, on s'intéresse à la couleur. A Lyon, Lumière invente et diffuse à travers le monde entier le procédé autochrome. Il s'agit de deux petites plaques de verre relièes par une mince feuille de papier entre lesquelles est disposée de la fécule de pomme de terre sensible aux trois couleurs primaires. "Ce sont des images très belles, très colorées, légèrement floues à cause de la fécule. Les autochromes sont utilisés jusque dans les années 30-40. Après, la pellicule photo se perfectionne pour aboutir au Kodakrome dans les années 50. Kodak invente ainsi les premières diapositives"

 

 

 

 

 

 


 

"Modèle 95", premier appareil photo polaroïd fabriqué aux U.S.A par Lang en 1948.

 

polaroïd 1948

 

Pour Frédéric, l'activité de collectionneur est intrinsèquement liées à celle de marchand si l'on veut entretenir sa collection et sans cesse acquérir de nouvelles pièces. C'est donc tout naturellement qu'il a fait sa place sur le marché de l'appareil photo et de ses dérivés. "Aujourd'hui, j'ai des clients à travers toute l'europe. Je vends aussi bien à des musées qu'à des collectionneurs privés. Comme pour tout objet de collection, le marché des appareils photo anciens dépend de l'offre et de la demande. Dans les années 70-80, on avait de l'argent mais on n'arrivait pas à trouver des appareils. Les appareils photo ont toujours été chers, ce qui fait que les gens les conservaient précieusement même s'ils ne s'en servaient plus depuis longtemps. Les premières ventes aux enchères d'appareils photo datent à peine de 1975. Si quelques ventes se déroulaient en France, la plupart étaient organisées en Allemagne et en Angleterre. dans les années 90, notamment avec la bulle internet, les prix se sont envolés. Aujourd'hui, ils ont tendance à être vertigineux pour les belles pièces."

 

Auparavant, la collection d'appareils photo était dans les mains de gens relativement modestes. Puis elle est passé dans celle de gens un peu plus aisés: des professions libérales, des photographes éclairés... pour finir aujourd'hui dans les musées et dans les collections de personnes très fortunées, capable de mettre 20 ou 30 000 euros sur une pièce.


Les ANNONCES GRATUITES sur le vide-grenier
Sur le Vide-Grenier vous pouvez, gratuitement (Option "Annonce Gratuite"), insérer  des annonces dans une multitude de rubriques classées par régions, départements et communes. Vous pouvez également consulter l'agenda des vide-greniers ou autres manifestations afin de déterminer le lieu de votre chine du week-end.
Vous êtes un organisateur de vide-greniers ou autres, inscrivez votre manifestaion dans l'agenda d'afin d'informer tous les chineurs.

Bon chinage à tous dans l'univers de le-vide-grenier.net

Comment déposer votre  ANNONCE GRATUITE sur le vide-grenier?
Le dépôt d'une petite annonce le-vide-grenier.net est gratuit (Option "Annonce Gratuite"). Commencez sur la page accueil du site de petites annonces le-vide-grenier.net à cliquer sur " Ajouter une annonce" ou en créant en compte. Remplissez les différents champs du formulaire avec les informations concernant votre  annonce  et laissez vous guider. Relisez votre petite annonce  puis "validez". Votre petite annonce  sera alors mise en ligne après validation sur le vide-grenier, ainsi des centaines de milliers de visiteurs pourront répondre à votre PETITE ANNONCE sur le vide-grenier.
Le-vide-grenier.net n'est en rien responsable du contenu publié sur son site de petites annonces, seuls les annonceurs sont responsables du contenu de leurs petites annonces sur le vide-grenier
.